Maxime Thiébaut : « Arrêtons avec cette lubie qu’est l’union des droites »

Arrêtons avec cette lubie qu’est l’union des droites. Totalement infondée, elle dénature en vérité le vrai objectif : rassembler tous les gaullistes et les souverainistes, donc les patriotes, dans le but de conquérir le pouvoir. Il faut comprendre le camp du “Non” ; celui qui, contre toute attente, a refusé le traité constitutionnel européen en 2005 et préféré l’indépendance de la France. Pour ce faire, il faut l’écouter. Partagé entre une abstention de résignation ou un vote de contestation, il attend une ligne politique claire et a soif d’espérance. “Droite” et “gauche” n’ont plus de sens pour lui. Fondamentalement démocrate, il sait que que son adversaire, fièrement représenté par Emmanuel Macron et ses nombreux alliés “compatibles”, est le camp du “Oui”, que nous préférons appeler le camp des “Soumis”. Soumis aux lobbyistes, soumis à l’Union européenne, soumis à la finance, donc soumis aux intérêts privés au détriment de l’intérêt général. 


Ce camp du “Non”, que nous appelons le camp des “Patriotes”, n’apprécie que le bon sens. Attaché à l’identité nationale, humaniste mais contre cette indigne immigration de masse, ouvert sur le monde mais opposé à ce mondialisme aliénant, libéral mais attaché à la protection de ses intérêts et des plus faibles, démocrate donc souverainiste, il souhaite que soit porté un message d’espoir définissant la France de demain tout en réglant les problèmes de la vie quotidienne.


C’est pourquoi il ne faut pas compter sur l’opportuniste Laurent Wauquiez. Lui qui n’a pas compris le courage de Nicolas Dupont-Aignan au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, cherche simplement à construire une écurie présidentielle pour 2022. Caricaturalement et faussement identitaire, l’ex-ministre de Sarkozy reste soumis à l’Union européenne. Il ne rendra donc pas son indépendance à notre pays et sa liberté aux Français. “Sa droite” n’est pas celle du Général de Gaulle. Elle divise en effet plus qu’elle ne rassemble. Économiquement ultralibérale et sociétalement conservatrice, elle tapera dans le portefeuille des Français tout en les privant de vivre librement dans le respect d’autrui. Son parti pourrait s’appeler le PFCI, pour Parti Fédéraliste, Conservateur et Identitaire. Nous n’en voulons pas et nous n’avons pas besoin de lui. Il ne dépassera jamais la barre des 15% des voix des électeurs. Les adhérents LR attachés à la souveraineté nationale sont déjà en marche vers Marine Le Pen, seule capable, avec Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan, de construire une vraie opposition au système Macron et un véritable espoir pour les patriotes.

Ne perdons pas de temps, mettons nous au travail car nous avons du pain sur la planche !

Maxime Thiébaut,

Vice-président de l’association Les Patriotes