Les Républicains ont déjà un chef : Emmanuel Macron

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.
 

Laurent Wauquiez prend la tête d’un parti qui ne sert plus à grand chose dans le champ politique français. En effet, sur la quasi totalité des sujets, LR et la majorité macroniste sont parfaitement en phase. La preuve en est qu’une grande partie de LR a déjà rejoint la majorité présidentielle, et que les députés LR soutiennent les projets économiques anti-sociaux du gouvernement. En réalité, Les Républicains ont déjà un chef, il s’appelle Emmanuel Macron.
 

Pour tenter de faire croire à une opposition, pendant la campagne interne, Laurent Wauquiez a agi en bon élève de Nicolas Sarkozy : il a tenté d’enfumer les Français. Il leur a fait croire qu’il fallait réduire l’immigration, remettre de l’ordre dans le pays, ou encore changer l’Europe. C’est la même arnaque que celle faite plusieurs fois par Nicolas Sarkozy. Chacun sait que s’ils arrivaient au pouvoir, Les Républicains mèneraient comme ils le font toujours la politique du système.
Laurent Wauquiez a été ministre pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy, et l’on a pu constater à quel point, systématiquement, il s’est montré européiste et conforme à toutes les attentes du système. Ses déclarations aujourd’hui relèvent de la pure communication. Elles visent à tromper les Français.
 

Les Patriotes appellent les électeurs de Les Républicains qui se sentent gaullistes, qui aiment la France et veulent véritablement rompre avec la vieille politique, les vieux artifices et les vieux mensonges à rejoindre le seul mouvement véritablement au clair sur les sujets essentiels qui engagent l’avenir de la France. Car le vrai clivage politique aujourd’hui se situe bien là, entre ceux qui veulent l’effacement de la France, comme Laurent Wauquiez ou Emmanuel Macron et les vieux partis discrédités, et ceux qui veulent faire vivre et prospérer notre belle nation en la libérant de l’UE.

Réaction des Patriotes au résultat des élections territoriales en Corse.

Communiqué de presse des Patriotes
 

 

La victoire des autonomistes en Corse est un événement politique qui doit être regardé en face, même si nous savons qu’elle ne traduit pas de la part des citoyens corses une quelconque volonté d’indépendance.

 

Elle est le résultat de la faillite des vieux partis politiques sur l’île, mais aussi du renoncement des gouvernements successifs à se battre pour l’unité de la République.

 

Les réformes institutionnelles imposées aux Corses ces dernières années, visant notamment en la création d’une assemblée territoriale unique pourtant rejetée par référendum en 2003, en ont été l’illustration.

 

Si les autonomistes sont arrivés largement en tête du scrutin, cette victoire doit néanmoins être relativisée à l’aune de l’abstention massive des électeurs corses : à peine plus d’un sur deux est allé voter, soit 15 points de moins qu’en 2015. Le désintérêt très fort et compréhensible des Corses pour ce scrutin n’autorise donc pas les gagnants du jour à imposer, à qui que ce soit, leurs prétentions politiques les plus farfelues et les plus radicales.

 

Désormais, pour éviter toute dérive séparatiste, il y a urgence à réaffirmer l’amour de la France en Corse, à combattre les identités de substitution et à amplifier l’engagement de l’État pour mettre en œuvre des politiques d’avenir à même d’assurer la prospérité de l’île et de ses habitants.